Accueil » Stratégie long-terme : comment survivre quand on est freelance ?

Stratégie long-terme : comment survivre quand on est freelance ?

strategie-long-terme-freelance

Freelance, la survie de votre activité dépendra d’une seule chose uniquement, à savoir la mise en place d’une stratégie basée sur le long-terme.

Au moment de se lancer, un freelance serait prêt à accepter n’importe quel type de mission. Toutefois, lorsque vous créez votre offre, gardez bien en tête une seule chose : la prospection, c’est long et véritablement ennuyant. Certes, certains vont y prendre goût et s’épanouir dans cette tâche, mais à 95%, vous pouvez être sûr que cela va vite vous agacer. Résultat, afin de ne plus avoir à rechercher ici et là des clients, il existe plusieurs solutions. Si les plateformes type Malt permettent à des entreprises de directement vous contacter, la mise en place d’une offre et d’une stratégie long-terme est primordiale.

Pourquoi mettre en place une stratégie long-terme ?

En effet, celle-ci évite d’improbables maux de tête et de longs moments de doute. Dans le cas ou vous, ne collaborez qu’avec des clients aux missions ponctuelles, de deux ou trois jours, de deux ou trois articles, votre turn-over va être important… Mais pas que. Votre débauche d’énergie le sera tout autant puisque vous allez devoir passer des heures à prospecter, travailler vos e-mails, votre approche pour un résultat qui sera loin d’être celui escompté. La motivation risque également d’en prendre un vilain coup. Quoi de plus compliqué que de voir vos clients partir, mais que personne ne vient compenser ? L’engrenage est terrible et le désaveu est total pour les stratégies court-termes.

Résultat, il est, à mon sens, important de parler fidélisation, et ce, alors même que nous n’avez personne dans votre portefeuille client. L’idée ? Bâtir une offre claire, précise et dans le temps, de quoi vous permettre de créer une véritable relation avec votre client et surtout, pérenniser votre collaboration. Ainsi, vous assurez un revenu pour une période donnée (trois, cinq, six mois ou plus), une montée en compétence rapide et efficace ainsi que la création d’un joli portefeuille. En outre, vous ne perdez pas des heures à tenter de compenser le départ de ce dernier, puisqu’il reste avec vous et que tout est clairement établi, dès le départ. Là encore, le bénéfice est incroyablement important et vous permet d’envisager l’avenir avec plus de légèreté.

Comment survivre lorsqu’on est freelance ?

Votre marque représente l’autorité vers qui se tourner

Garder à l’esprit que vous êtes certes freelance, mais que vous êtes surtout patron, gérant d’entreprise. Ainsi, les notions de rentabilité et de chiffre d’affaires doit constamment rester gravée dans votre mémoire. À ce titre, personne n’a jamais fait d’argent en passant sa vie à démarcher. L’erreur à ne pas commettre est donc celle de se lancer, bille en tête, à la recherche de son premier contrat en rabaissant son offre, pour une durée franchement limitée. Par peur de ne pas réussir, par envie de se prouver que c’est possible, les indépendants ont parfois tendance à proposer un service au rabais, de quoi faire énormément de mal à la notion d’autorité. Car oui, votre nom, votre marque doit être forte et représenter celle vers qui les entreprises vont vouloir se tourner.

La collaboration dans le temps, clé du succès d’une stratégie long-terme

Outre cette tarification qui ne reflète pas la valeur réelle de votre envie, votre motivation et surtout, votre talent, les freelances vont également avoir tendance, du moins au début, à accepter n’importe quel type de mission. Un projet qui n’intéresse personne vous est proposé ? Vous l’acceptez en proposant, en plus de ça, un tarif qui frise le ridicule. L’équation n’est pas bonne. Structurez votre offre, montrer ce que vous pouvez faire, prouver que vous êtes la personne vers qui se tourner, car votre organisation est au millimètre. 

Définissez vos objectifs dans le temps

Résultat, il est important, avant de se lancer, de se renseigner sur la situation actuelle du marché et surtout, de bâtir son offre commerciale en amont. Les réponses ne seront pas toutes positives, mais lorsqu’un client succombera à vos charmes, le coup sera parfait et vous donnera pleinement confiance en vos capacités, d’une part, mais aussi dans le fait que tout soit possible. C’est d’ailleurs à ce moment-là qu’il sera important, pour ne pas vous éparpiller, de définir précisément vos objectifs. En effet, les freelances ne visent pas tous la même chose. Si certains vont vouloir générer d’importants revenus, d’autres vont plutôt préférer faire le strict minimum et profiter de leur temps libre pour voyager, profiter des proches et bien d’autres choses. Votre stratégie dépendra donc de votre mode de vies et surtout, de vos aspirations en tant qu’indépendant.

Objectifs et mise en place d’un plan d’action

Bien entendu, la mise en place d’objectifs implique une dévotion totale à ce que ces derniers soient atteints. Là encore, il est préférable de développer un plan d’action, de démarchage pour vous lancer, de networking etc. Enfin, et point important, le syndrome de l’imposteur n’a pas sa place chez vous. Si vous avez décidé de vous lancer, c’est pour une bonne raison, si vous partez avec un plan bien précis et bien établi, vous êtes tout à fait légitime pour entreprendre et gérer votre carrière de la meilleure manière qui soit. D’où l’importance d’avoir une vision long-termiste et non pas focalisée sur les semaines ou les mois à venir, car il s’agit ici de la meilleure des manières de se planter. Pour rappel, 30% des micro-entreprises ne passent pas le cap des trois années d’exploitation ! 

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *